Histoire d’Amour

Une page pour partager ce que je reçois en expériences de vie et qui en change son cours :

Histoire d’Amour : l’écologie du mental

Pour te connaître, il te faudra sortir des sentiers battus, quitter ta maison confortable, donc te sortir de ta zone de confort, regarder en face tes peurs, désapprendre ce que tu as appris, sortir de tes références familiales et académiques que tu as mis si longtemps à intégrer et à étudier et commencer à ressentir qui tu es, il te faudra croire que tu souffres alors que tu te mets à briller.

Sortir des illusions, des chimères, des conditionnements, des jugements, des peurs, de ta mémoire et enfin croire et voir que tu existes par toi-même en tombant follement amoureux de toi-même.

Je propose ce voyage en thérapie de développement au delà de ta personne pour ouvrir sur la connaissance de toi et du monde qui t’anime.

Saisis cette chance pour l’Amour de toi-même à vivre léger en percevant qu’en sortant de ta personne il y a quelqu’un qui brille pour vivre libre.

Avec mon approche thérapeutique acquise au fil du temps, de travail et de maîtrise, tu apprends à connaître ta personne (ton mental) et tu es dans la Connaissance du Soi. Tu pratiques l’écologie de ton mental en le libérant des mémoires pour vivre le Soi dans le moment Présent. C’est un cadeau que tu t’offres pour toi-même et le collectif.

Là, ici, maintenant, tu es l’Amour… Namaste

Bien à toi.

Manuella, texte pensé en juillet 2017

Histoire d’Amour : expérience de naissance

Elle est tombée dans la réalité, elle est tombée du Ciel pour entrer dans son Corps et prendre sa forme donc son Pouvoir; le processus lui a arraché des cris de douleur car naître dans son Corps est très douloureux physiquement, les jambes se tendent de résistance comme si la chair n’était pas prête à recevoir cette Ame qui descend comme une flèche. C’est Dieu qui s’incarne, rentre dans la chair et les os résistants de mémoires de peurs, tellement de peurs, ces dernières la tuent ou l’empêchent de vivre et de bouger comme des diables en torpeurs actives, comme des lames marines de fond. Mais l’Ame est très forte, elle force à comprendre qu’il faut Etre le Petit Humble Humain qui doit se saisir de sa dualité terrienne et surtout ne pas s’en défaire. C’est accepter son humanité avec ses moins et ses plus. Descendre dans son Corps c’est descendre dans sa matière et dire oui j’accepte, alors de grands sanglots arrivent et secouent ce Corps qui se dégage physiquement des peurs, des résistances à vivre en “Etre Humain” donc à vivre humble ce qui signifie accepter d’être humain en totalité. Cesser de chercher en Haut ce qui est en bas. Vivre en bas ce qui est en haut. Le haut a été saisi depuis bien avant la naissance terrestre biologique. “Je Suis” est connu. Elle accepte la lourdeur de son Corps tellement devenu conscient de sa propre présence. Naître c’est Vivre “en passant par le petit trou de l’aiguille”, on nous montre à quel point on se croit ce qu’on n’est pas. C’est douloureux car notre Energie est tellement forte et immense qu’elle reste “au-dessus” de nous, du coup on ne va pas descendre dans le Corps de l’humain. C’est l’expérience divine la plus douloureuse : décider divinement de pénétrer son Corps. La réalité est changée : l’égo tombe et pleure car il ne tient plus rien, quand l’orgueil tombe, la survie tombe. Les illusions tombent et elles sont légion.

La Place est faite pour “Etre Humain”. Il n’y a plus le désir de sortir de son Corps. De aérienne, elle est terrienne. Elle se sentait seule dans le Ciel et maintenant elle est seule sur la Terre car en vérité “au temps d’En Haut” le Ciel est peuplé de mondes inaccessibles et “au temps d’En-bas” les hommes ne sont pas encore incarnés. Ce n’est pas une solitude c’est un sentiment de la connexion à travers les autres hommes et ces derniers ne semblent pas entièrement “là”. Elle accepte cette nouveauté humaine qui fait d’elle un Etre Humain qui vivra désormais entre Ciel et Terre, ses 2 pieds ancrés au sol de la matière. Elle accepte de pleurer, elle accepte tous les sentiments et entrent dans toutes les émotions du vivant : elles sont toutes présentes maintenant pénétrantes et ce sont elles qui rendent l’incarnation lourde car on ressent tout dans cet état juste d’être née dans son Corps. Elle accepte de crier, pleurer, elle accepte sa colère, sa tristesse, ses Amours et desAmours, elle accepte son mental dual qui lui fait un duel. Elle voit tout, ressent tout et parfois ne voit rien, ne ressent rien, elle accepte ses sens humains, ses ressentis, ses limites.

Heureusement que l’Ame nous pénètre par étape car on pourrait en mourir.

Mon Ame  en mon Corps, de naissance en naissance, j’accepte ce processus   le 23 août 2017.           Manuella

Histoire d’Amour : les multi-dimensions annulent l’espace temps

Mes visites à mes multi-dimensions, à ces parts de Manuella qui m’enseignent “qui je suis” à travers l’espace temps

Manuella,  incarnation multidimensionnelle dès 1969 à 2017 : Mes visites à toutes les Manuella du passé, à celle qui est tétanisée par la peur, à celle qui se sent trahie, à celle qui se sent abandonnée, à celle qui se sent emprisonnée, à celle qui court, à celle qui fuit, à celle qui se déguise, à celle qui se mésestime, à celle qui se ment, à celle qui meurt, enfin à celle qui ressuscite en 2012, et puis d’éveil en éveil

Manuella,  incarnation multidimensionnelle, à l’époque des cavernes : mes visites à celle qui est sauvage, à celle qui chasse, à celle qui jouit autant en goûtant le sang des bêtes qu’elle chasse autant en  période de rut, autant en enfantant, à celle qui se ressent animale, à celle du feu et de l’art des cavernes, la basique, la fidèle, l’instinctive

Manuella, incarnation multidimensionnelle de celle qui n’est pas encore en 2017 celle du futur : elle est sous les projecteurs, très éclairée, elle brille, elle est alignée avec sa vérité d’Etre, elle est “experimentielle”, elle se ressent, elle se goûte et touchée par son cœur reconnaissant et empli de gratitude, elle donne ce que la vie lui a donné. L’équilibre est. La vie pour la vie.

Je traverse l’histoire de cette femme multi-dimensionnelle et autant je soigne et m’occupe de chacune de ses dimensions avec Amour. Ainsi elle se sent reconnue, elle s’abandonne à l’aide que lui procure sa dimension du future qui lui montre son plus haut potentiel.

D’Amour en Amour, le temps n’existe plus. La Manuella du présent s’occupe de celles du passé et les guérit. La Manuella du futur entend celle d’aujourd’hui qui l’écoute attentivement, et lui montre le chemin éclairé. La Lumière s’est activée.

Fin de la canalisation septembre 2017

Histoire d’Amour : décider de s’incarner février 2018

Le sage intérieur a disparu en janvier. L’égo de ce dernier a été repéré en effet miroir et a chuté. Dans sa chute, il a dévasté des croyances tenaces et il est parti avec. Du coup, mon système était incapable de se repérer sur les choix des 3 dernières années. Comme si le mental recherchait celui qu’il avait fabriqué en mode survie : pour ce dernier créer le sage donneur de bons conseils qui permettait à la personne (mon moi) de se sentir importante au monde. Le mental a fabriqué ce personnage égotique illusoire qui se tenait debout sur le 3ème œil et qui empêchait véritablement à mon cœur de ressentir. La chute a été douloureuse car j’ai goûté plein fouet son orgueil, bien ressenti et bien vu passer. Derrière l’expérience du sage, il y avait mon corps mental en survie avec encore des peurs et son dictat multiforme ressentis jusque dans la matière manifestée de ma vie. Le temps de chute et de reprogrammation a ralenti toute ma vie. Du coup, plus rien ne fonctionnait, ni en dedans, ni en dehors de ma personne. Panne sèche. Ce qui est logique puisque la “personne” ici nommée est ma forme mentale. Derrière tout ça, une âme qui cherche à se manifester et à connecter avec mon avatar (mon corps physique) au niveau du cœur. Il a fallu rebrancher le câble entre l’âme et le corps par le chakra du cœur en allant chercher mon âme où elle est restée bloquée dans un tunnel sans pouvoir atteindre en totalité le plan terrestre tellement la peur la minait. Il y eut la peur d’être aidée (encore un résidu de part mentale orgueilleuse), la peur d’avancer, la peur du vide et la peur d’entrer dans mon corps en corrélation avec la peur de ressentir. J’ai fait ce choix aujourd’hui, m’incarner dans ce corps et ressentir la terre et ses vibrations. Alors, Mère Terre, me voici, je suis ici et j’y reste alors aide ton enfant à te ressentir ici bas; ça m’évitera de ficher le camp là-bas en haut dans mon tunnel où je déconnecte et reste perchée. Il y a eu un grande leçon également : Rien n’est grave, tout est possible oui, et il est impossible que je vive toutes les expériences. Les autres s’en chargent pour l’expérience de la Grande Ame du Grand-Tout. Du coup, je me sens soulagée d’une pression mentale d’à tout prix faire des expériences pour tout savoir. Je suis une enfant fille et je me dirige sans pression vers ce qui est en ayant confiance de mes choix et de leurs conséquences.

De naissance en naissance,  mon âme met du chaud dans le cœur et un esprit beaucoup plus tranquille et éclairé et je me  sens accueillie.               Amour & Gratitude                                          Manuella

Je sens que rien est fini. Mon mental doit finir ses turpitudes.

Histoire d’Amour : La nuit de l’âme, la nuit des saints de février à mai 2018

Et puis, elle m’a tout pris, cette nuit; mon bon Dieu, mon Univers, mon Maître Intérieur, mes certitudes, ma foi, mon travail, mon fric, mes plaisirs, mes sensations, mes sentiments, mes émotions. Suis tombée par terre, on m’a creusé un trou, on m’a enterré vivante. Je ne sais plus. La sécurité n’existe plus.

Il n’ y a pas un endroit ou reposer ma tête…  Il n’y a plus rien de visible. Je suis descendue dans la cave la plus profonde, comment dire, ni les sens et les ressentis humains, ni les expériences, plus rien. De l’angoisse pure, comme un diable, une image de vous sombre juste en face en miroir qui vous montre les plus bas aspects de la “personne”, de ce mental banal qui vous tue encore et vous descend de vos croyances que vous êtes faite, que vous avez compris le monde, que vous détenez quelques clefs de savoir, alors il vous exhorte à exister à travers lui, ce mental diabolique qui vous dit que vous êtes importante ou que vous êtes nulle, l’angoisse de ce maître mental qui vous tient en otage, vous asservi le cœur qui a tant de mal à s’ouvrir à sa vérité, révèle la dichotomie totale de mon être achevé par tant de violences psychique et physique. Tiens, encore une mort, violente, qui me demande de ne plus penser, juste regarder les scènes d’angoisse comme un témoin, pieds, mains et cœur liés. Même ma bouche est remplie de terre noire, et réduite derrière ce baillon. Chaque jour c’est comme une vision, témoin contre moi-même. Des résonnances sévères du monde extérieur c’est quand Dieu passe pour me foutre une claque me disant que trop de Lumière dans la Lumière tue la Lumière : il faut alors une bonne nuit traumatisante pour venir à l’éveil. C’est le mental dans sa contre vertue subtile orgueilleuse qui est reflété dans ce miroir des profondeurs et des polarités pour savoir qui Je Suis ?

J’ai tout perdu, mes plaisirs, mes désirs, du 1er au 6ème sens, plus rien ne fonctionne, pas même la méditation. Plus de sens. Plus d’outils, pas même une dépression, juste du néant où traîne des interdictions d’exercer la vie qui se traduisent par l’interdiction d’exercer ma vie. A l’intérieur, c’est nuit. A l’extérieur c’est nuit. C’est au moins la seule vérité qui est. On m’assigne dans le monde à ne plus être, à me cacher, on m’interdit d’exercer, c’est fou. Le système extérieur s’attaque à moi, dedans, dehors, c’est pareil n’est-ce pas ? Plus rien n’est nourri alors l’univers ne nourrit plus rien. Après la mort à l’arrache, le  passage du vide; c’est comme un rouage qui fonctionne sans roue; c’est un endroit, je ne sais pas, c’est. Alors j’attends. Quoi ? Que quelque chose passe, que Dieu passe pour me dire enfin qu’il en a fini avec moi… Ca dure longtemps ce vide, il est plus intéressant que le précédent goulag.

Un beau matin, c’est fini, toujours dans le vide, je renais de mes cendres, tout petit enfant à la peau fragile avec la nouvelle connaissance que je suis plus humaine que jamais avec tous les ressentis exacerbés et il y a comme une chaleur dans le cœur, comme une nouvelle énergie qui réchauffe et qui pulse. Je crois que Dieu est passé par là et il a dû me toucher le cœur car l’image du miroir est normalement brillante aujourd’hui et il y a une gosse en moi qui s’aime vraiment et une femme amaigrie qui se regarde avec bienveillance et humanité. Je suis sortie de ma tombe, de cette nuit de l’âme. Tiens, heureusement c’est le printemps maintenant… J’en appelle alors à la Mère Terre Divine qui a passé elle aussi tous ses déserts à travers toutes ses vies, à m’accompagner et à m’enseigner la vie…

On m’exhorte à m’incarner dans ma chair, dans la matière solide, dans la création. On me dit de parler sur la même fréquence que tous les Hommes qui vivent les illusions du monde. C’est ça mon incarnation, c’est parler comme les hommes et les femmes du monde pour me faire comprendre. J’ai une tendance – qui pourrait passer sur terre comme de l’orgueil et qui n’en est pas – à exprimer mon expression sur une onde de fréquence que peu d’humains captent; je suis restée trop longtemps dans le monde absolu avant de descendre m’incarner dans mon Avatar de corps humain. Alors mon mental qui m’aide à trier les infos sublimes à parfois du mal à traduire… Ils ne savent pas qu’il s’agit d’effort pour moi de descendre ainsi et d’utiliser des phrases-subterfuges qui prouvent leur manque d’authenticité; ils ont tant besoin de paraître et de passer par des illusions et des pièges que je me demande comment ils ont encore du feeling. L’intuition permet de savoir à qui on a à faire, encore faut-il retirer tous les filtres de l’objectif qui observe.

J’ai décidé de me soumettre alors à ce jeu humain. J’apprends donc leur langue et on verra bien comment je fais passer mes informations en mode Alpha… De l’absolu au relatif.

Manuella, de passage en passage, de vie en vie, du tombeau au Phoenix. Je vous aime.

Histoire de l’Ame quand elle reconnaît l’Amour

En date du 14 juillet 2018 à l’aube du jour, j’ai ressenti une envie folle de me reconnaître dans ce que je suis de plus authentique, de plus beau. La vie me montre la mort par des choix à faire. Elle me montre des extrêmes pour me secouer l’Esprit à prendre Ma Vie, telle que je suis, avec l’audace qui caractérise une grande partie de mon Moi. Le petit Moi encore actif et délétère est en rogne contre mon authenticité qui a tant de mal à vivre en Maître à bord. C’est comme si je pilotais un vaisseau et que mes ordres sont contrés par l’ordinateur de bord… Alors ce matin, à l’aube, l’Energie de la Source s’est montrée et j’ai pu la ressentir au cœur de mes cellules comme un appel, ou plutôt un chant divin avec des voix divines, comme si elles programmaient ma propre voie, elles ont touché mes noyaux atomiques et mes mitochondries et j’ai entendu comme un moteur qui se mettait en marche. L’expérience d’une Energie qui coule dans mes fluides qui allume ma glande pinéale, change encore  mon ADN (oui parce qu’il se modifie au fil du temps et des expériences ). La petite voix intérieure, si grandement appuyée contre la porte du Soi, étanche sa soif en me montrant la hauteur des attentes du Ciel. C’est qu’une question de point de vue. La hauteur d’être que me demande ma petite voix intérieure m’enseigne à gardienner toute ma créativité et surtout à la reconnaître et la faire exister dans le monde relatif. Alors les possibles descendent et je réclame alors de l’aide à l’Univers afin qu’il m’envoie les bonnes personnes pour faire grandir la créativité dans la matière. Ca y’est, je contacte des êtres merveilleux autour de moi qui s’admire enfin assez pour admirer leur création. Des gens actifs, indépendants, avec cette aspiration d’être libres, enfin au mieux qu’on puisse l’être sur cette planète,  et cet Amour, que j’ai pu ressentir, une zone cardiaque puissante qui le fait jaillir en aimant ce qu’ils aiment. Ces deux hommes qui croisent mon chemin, Joël et Max, m’ont ouvert le cœur et me font prendre conscience des bienfaits de la gratitude et de la reconnaissance. Alors c’en est assez maintenant, je réclame mon droit de naissance, je me lève et je me sers de tous mes outils pour prodiguer le bien autour de moi. Ce bien en question, c’est la reconnaissance de Qui Je Suis. Il a tant de mal à être saisi “ce Je Suis” de St-Jean.

Cette Energie Source qui s’écoule en moi, met le feu à mon moteur atomique, enclenche les réacteurs et propulse mon beau vaisseau,  mon bel Avatar dans le monde de la créativité. Quelle intention derrière ? L’envie de servir le Dieu Tout Puissant Créateur, envie de servir Monsieur Univers. Je suis sa servante maintenant, qu’il fasse de moi son instrument. Pour que mon monde serve la Vie. Uniquement pour que cela serve à la Vie de continuer son Expérience Spirituelle à travers toutes ses structures créées minérales, végétales, animales et hominales sur cette Planète Terre Ma Mère que j’aime tant et qui me fait fondre d’Amour.

Je traverse toutes les dimensions, des plus collantes dans la matière qui me font passer de la dépression aux joies pures du Soi qui s’en saisit pour domestiquer mon corps mental.

L’Energie Source informe mon Esprit de résonner parfaitement sur ce plan terrien et la matière m’obéira.

Nature Intérieure et Vitalité Consciente sont UN. Ce UN, je l’ intègre en tant que Création et je l’ absorbe pour Etre UN. Et je me saisis avec Amour de cette Energie Créatrice qui coule en moi dans la parfaite reconnaissance et gratitude de Qui Je Suis. Alléluia. Et je pose cela là, ici et maintenant. Y a des chants divins qui me répondent, ils chantent des Alléluias qui rentrent en écho dans les cavernes de mon cœur.

Pendant tout ce temps où j’écris, mon chat parle aux oiseaux qui lui répondent d’ailleurs. Comme une voix plaintive, sa structure se transforme à lui aussi car je lui ai demandé de ne plus les chasser et les manger, alors il ne me ramène plus que des souris. C’est son dernier stade avant de s’élever. D’ailleurs ce matin, il m’a bien observé lorsque je me préparais mon jus de légumes et il est venu sentir tout près.  Je crois qu’il a compris. Je parle à cet animal qui devient de plus en plus intelligent.  Je lui parle et Je lui projette des images qu’il capte parfaitement. De stade en stade, le karma de mon chat , son ADN, son évolution, ma belle panthère noire, mon compagnon animal. Il se rapproche de l’hominal.

L’Homme a-t-il conscience de son pouvoir sur la structure ? Dès qu’on émet, on change la structure. J’observe cela sur moi, sur vous tous. Je dirige mon émetteur sur la fréquence Amour. Amour toujours. Amour et Gratitude en ce fameux jour de juillet. Pure écologie du mental que de visiter toutes les polarités émotionnellement. Pures informations.  Je suis pressée car sur le plan d’Eternité, tout est sans importance, sur mon “espace temporel”, il reste l’importance créatrice des années qui filent. Aimer l’Univers jusqu’à mon dernier souffle c’est m’aimer. Etre en écho d’Amour avec l’Univers est thérapeutique et donc écologique pour le monde. L’Univers c’est vous et moi et toute la Création, i compris la création mentale. Conscience des sciences quantiques donc conscience de la réalité. Ouverture d’esprit, ouverture du cœur et la connaissance m’arrose pour la goûter, la ressentir, la tester à travers mes cellules et là je deviens intéressante, intelligente,  intelligente émotionnellement. Merci.